[WIP] Cold Encounter

Kpayet
null
Offline / Send Message
Kpayet null
Long before their rivalry, Ashe and Sejuani met as kids.
The story I intend to write will narrate how different their relationship could have been without these long lasting political conflicts Freljord is devoured by from the inside.

To whom it may interest, here's the French version before I translate it all:
_____________________________________________________________________________________________

Ashe sentit la lame du barbare frôler son visage. Si elle savait que cela n’avait pas été volontaire, ce n’était pas ce qui l’inquiétait le plus : la jeune fille espérait que sa mère n’eût rien vu.  En effet, elle n’avait pas à être ici. Mais c’était plus fort qu’elle ; malgré ses 10 ans tout juste atteints, Ashe se sentait concernée par le sort de Freljord. Et cette visite diplomatique qui, soit dit en passant, ressemblait bien plus à une intrusion et à une faute politique, allait probablement avoir des répercussions sur les relations entre son peuple et celui de ces barbares, soit sur l’avenir de Freljord. La jeune Ashe ignorait de quoi il retournait mais elle aurait souhaité accompagner sa mère et les trois hérauts de la Griffe Hivernale dans la salle du trône afin de prendre part aux négociations.

L’immense porte de la salle royale se referma devant elle cependant, car si Ashe avait tendance à omettre son âge, les soldats, soumis aux ordres de sa mère ne l’oubliaient jamais. Et celle-ci avait exigé que sa fille soit tenue à l’écart lorsqu’elle avait vu la délégation barbare arriver.

-          Jeune Ashe, lui souffla l’un des gardes quand un silence profond vint succéder à l’écho des portes, votre mère n’aimerait pas que vous restiez là. Vous devriez faire un tour.

Ashe ne répondit pas. Elle se retourna et scruta les immenses couloirs sombres et vides du palais. Les chaînes dont elle n’aurait sur faire le tour d’un seul maillon avec ses bras pendaient du plafond, immobiles et vides, déchargées des navires de guerres que l’on y élevait en temps de trêve. L’air était à un nouveau conflit. Mais un rire lointain, inconnu et jeune, perça ce silence et attira l’attention de Ashe. L’enfant s’éloigna des gardes et chercha à trouver l’origine de ce rire. Elle découvrit quelques mètres plus loin, au détour d’une colonne, une enfant de son âge, peut-être un peu plus âgée, assise au sol et jouant avec une petite bestiole blanche. Ashe s’approcha lentement.

-          Bonjour, souffla-t-elle. Je m’appelle Ashe.

Le sourire de l’inconnue disparut et, sans répondre, elle serra le jeune sanglier des neiges dans ses bras. Ashe n’aurait su dire s’il s’agissait d’un geste pour le protéger ou peut-être se rassurer mais elle comprit vite l’inconfort de la jeune fille. Elle avait la peau sur les os, des traces de morsures sur ses bras nus et son visage était marqué d’une marque bleue appliquée au doigt, couvrant son arcade gauche et remontant jusqu’à la racine de ses cheveux, comme les trois barbares venus rencontrer sa mère et ses conseillers. Ashe sentit un malaise profond lorsqu’elle balaya les alentours du regard. Les gardes qui parcouraient les couloirs accusaient la petite barbare de sa présence. Ashe reprit :

-          Il est très mignon. Comment il s’appelle ?

-          Bristle, répondit l’étrangère après une courte hésitation.

-          Et toi ?

Cette question replongea la jeune fille dans son silence tandis que Bristle se débattait légèrement, dans l’espoir d’accéder à quelques miettes de pain qu’il avait repérées au sol.

-          Suivez-moi tous les deux, je vais vous montrer quelque chose.

Comme elle s’y attendait, l’inconnue resta silencieuse et immobile. Alors Ashe lui tourna le dos et entreprit de s’éloigner :

-          Là où je veux t’emmener, aucun soldat ne pourra nous trouver.

Ashe s’efforça de ne pas se retourner car elle voulait paraître déterminée, mais avança lentement pour ne pas perdre la maîtresse de Bristle si celle-ci se décidait à la suivre.

Pendant quelques secondes, Ashe marcha en direction des cuisines et les seuls pas faisant écho aux siens demeurèrent ceux des soldats qu’elle croisait. Mais assez vite, elle entendit des pas plus légers et plus précipités la rejoindre : l’inconnue la suivait finalement.

Ashe pénétra dans la cuisine où personne ne travaillait. Elle se retourna pour découvrir son invitée qui se demandait si elle avait bien fait la suivre.

-          Il y a un passage ici que je suis la seule à connaître. Regarde.

Ashe ouvrit un placard à sa hauteur, poussa des marmites en acier puis délogea le fond du placard afin de révéler une ouverture étroite où seuls des enfants sauraient s’engouffrer. Elle s’enfonça dans le passage, invitant de nouveau son hôte sans nom à l’imiter.

Les fillettes débouchèrent dans une pièce étroite abandonnée à la ruine et à une éclaircie unique qui perçait la pierre et les toiles d’araignées pour venir éclairer le sol.

-          C’est quoi ici ? demanda l’étrangère.

Bristle, qui avait retrouvé son autonomie, tournait frénétiquement en rond, agitant son groin, à la recherche d’une odeur qui semblait l’intriguer.

-          Ca doit être un ancien escalier qui s’est effondré il y a longtemps.

Ashe pointa le plafond où d’immenses pierres découpées s’étaient entassées et bloquées. Elle tapota l’épaule de son invitée et, tout sourire, mit un doigt sur sa bouche avant de désigner d’un geste de la tête une petite cavité à deux mètres de hauteur. Elle chuchota :

-          Je l’ai appelé Khiro.

Dans la cavité, un poro était assoupi. Une lumière vint emplir le regard de la jeune inconnue.

-          Regarde, murmura Ashe.

Elle ouvrit un petit coffre en bois calé contre les pierres froides et en sorti un biscuit tout frais. L’odeur qui s’en dégagea agita Bristle qui se précipita sur les genoux de Ashe afin qu’elle le lui offre. L’odeur réveilla également Khiro qui, en une simple seconde, s’arracha à son sommeil et plongea sur la tête de Ashe pour lui signifier son appétit. Ashe rigola et cassa le biscuit en deux pour l’offrir aux deux bestioles.

-          Khiro était coincé ici quand j’ai découvert le passage, mais vu que je le nourris maintenant, il ne veut plus partir.

Ashe regarda son invitée afin de partager un sourire avec elle, mais elle ne découvrit qu’un regard perplexe sur le visage de celle-ci. Le biscuit happait toute son attention. La joie de Ashe laissa place à une compassion triste. Elle se tût, plongea les mains dans le coffre. Délicatement, elle déplia le tissu posé au fond du coffre et le referma autour de la dizaine de biscuits qui s’y trouvaient. Le contenant en tissu refermé, elle se retourna et le tendit à l’étrangère.

-          Tiens, pour toi et Bristle, pour le trajet du retour.

Son interlocutrice ne put s’empêcher de cacher sa surprise. Elle ne sut que répondre mais ses mains acceptèrent le cadeau en tremblant.

Soudain des cris empreints de colère retentirent dans les couloirs. Les deux filles se regardèrent affolées.

-          C’est mon père ! dis l’inconnue.

Elle se précipitèrent hors de la cachette abandonnant Khiro seul à son nid.

Dans les couloirs les cris continuèrent et se rapprochèrent, devenant plus compréhensibles.

-          OU EST MA FILLE ? OSERIEZ-VOUS ME L’ENLEVER BANDES DE…

L’inconnue surgit dans le couloir, Ashe et Bristle sur les talons.

-          Père, je suis là !

Le chef des barbares se retourna et, découvrant sa fille, cessa de hurler, poussant un soupir de soulagement tandis que la mère de Ashe, entourée de cinq gardes demeuraient armes au poing, tendues vers les barbares qui semblait prêts à en découdre désormais qu’ils avaient repris possession de leurs lames et leurs haches. Mais le soulagement s’effaça rapidement du visage du chef pour laisser paraître une colère certaine. Il marche d’un pas rapide vers sa fille.

-          Tu oses te balader avec cette gamine pendant que nous jouons l’avenir de notre clan ? Qu’est-ce que tu as là-dedans ?

Il saisit le sac et l’ouvrit sans ménagement.

-          Des biscuits ? Alors quoi ? Nous sommes des mendiants désormais ? Nous méritons la pitié de ces gens-là ? Séjuani, tu as accepté ces gâteaux ?

La jeune dont Ashe connaissait désormais le nom chercha ses mots, mais n’eut-elle pas le temps de répondre qu’une gifle la fit tomber à genoux.

-          Ta faiblesse n’est pas digne de ton peuple et ta jeunesse ne t’excusera pas longtemps. On s’en va !

Sur ces mots, il tourna les talons, fit signe à ses hommes de baisser les armes et de le suivre. Avant qu’il ne passe les portes du palais sous le regard hébété et méprisant des soldats locaux, Sejuani se releva et prit Bristle dans ses bras. Avant de se précipiter vers son père pour le rattraper, elle lança un dernier regard à Ashe. Derrière des larmes contenues, Ashe découvrit un regard perçant où une colère soudaine s’était enflammée. La jeune fille disparut. Au pieds de Ashe gisait un biscuit cassé en deux.

Replies

Sign In or Register to comment.